Panama

Il sépare deux continents, borde deux océans, bienvenue au Panama !

Je n’étais pas encore parti à Madagascar que j’avais déjà acheté mon billet pour le Panama ( 8 mois à l’avance !) , inutile de vous dire que durant mon dernier semestre de Licence, j’étais assez pressé de rentrer chez moi pour, par la même occasion… repartir !

Ce voyage se fera avec deux amis que j’ai rencontré deux ans avant en Guyane, un professeur de biologie et son fils tous deux passionnés de voyage et d’herpetofaune ! Après différentes recherches nous partirons sur place avec un Doctorant herpétologue qui, pour financer ses recherches effectue des trips herpeto hors des sentiers battus. Nous lui avons bien expliqué que nous étions sur place pour aider un maximum, à travers des inventaires, études sur Atelopus, photographies… Un séjour riche en émotion nous attend !

15 juillet 2016, sur le tarmac à Paris, après un détour par Frankfort, nous voilà partis pour un mois en Amérique Centrale. Nous arrivons à 16h sur place, malgré plus 11h de vol (merci le décalage horaire !), direction la veille ville dans un dortoir pour nous reposer. Dès le lendemain, pas le temps de trainer, nous voilà en route pour Cocobolo, un endroit ou le seul moyen d’y accéder est un bon 4×4 ou un cheval, au temps vous dire que la route pour y accéder fut assez épique et ce n’est que le début du voyage. Sur place un superbe et très grand carbet avec une pièce sur le côté qui fait office de cuisine, le grand luxe au milieu de la forêt tropicale, j’adooooore.

Nous restons 3 nuits sur place court mais suffisant pour la découverte de nombreuses espèces mythique d’Amérique centrale tel que la célèbre Dendrobates auratus. Nous descendons petit à petit dans le Sud,  l’objectif final étant le Darién ! Avant cela, nous passons par Bayano lake et San Blas. Bayano lake est encore une zone quasi impossible d’accès pour les tourisites car très peu developpé. Nous avons la chance de visiter et dormir sur une zone privé où le propriétaire souhaite mettre en place un circuit touristique, nous sommes donc les  « testeurs ». La zone à un potentiel enorme, le lac à un potentiel ornithologique immense, la zone est vraiment riche, il faudra juste se battre contre les moustiques 😉

Arrive, San Blas, alias les îles paradisiaques de la mer des Caraïbes qui bordent le pays. En toute franchise malgré le cadre, le sable et soleil, ce fut 2 nuits et trois jours assez ennuyeux, l’appel de la forêt, des grenouilles et serpents était trop fort !!! Et donc après avoir profité du sable chaud du Panama, nous sommes de retour sur la route.

Après plusieurs heures, nous voilà au bout de la route transaméricaine, à Yaviza, la route reprend du côté Colombien dans la ville de Turbo pour descendre à Ushuaia ! Nous attend ensuite, une virée en pirogue, puis quelques kilomètres en 4×4 et enfin 30 minutes de marche… Nous voilà arrivé au « Rancho Frio », un endroit très charmant et très bien équipé perdu entre la Colombie et le Panama. Nous resterons sur place une dizaine de jours, avec notamment des prospections pour effectuer le suivi d’Atelopus glyphus. Ce fut 10 jours loins de la civilisation, reposants, relaxants, 10 jours en forêt primaire avec des personnes d’une gentillesse incroyable, nous avons même eu l’occasion de visiter un village d’indiens vivants à côté. C’est toujours une claque quand on se rappelle de là ou vient, on est bien loin de la métropole Française, c’est que du bonheur !

La seconde partie de ce séjour se déroule donc dans le Nord du Panama, nous resterons principalement vers Chiriqui et Boquete en passant par le volcan Baru. Le but étant de chercher là fameuse Botriechis, malheureusement, ce ne sera pas pour cette année, voilà une bonne raison pour revenir ! Durant cette dernière semaine nous avons eu l’occasion de visiter des champs de café (Panama oblige) mais aussi d’effectuer des « inventaires éclairs » sur des zones inexplorés à la recherche d’Atelopus zetecki (il faudra aussi y retourner l’année prochaine pour la trouver 😛 )

Après 30 jours, il est temps de rentrer, toujours cette amertume de fin de voyage qui nous guette, mais des souvenirs gravés à jamais. Durant ce mois nous avons été guidés par un ensemble de personnes d’une amabilité peu commune, nous avons partagé des moments plus qu’incroyables. Merci à eux pour nous avoir fait découvrir leur pays, leur quotidien… Nous partons du Panama métamorphosés et déjà prêts à revenir !

Featuring Abel Bastista : Los naturalistas et Sam Remérand : Projet-biodiv